LES NEWS de Paul

« Un ti-punch et une tablette de Crunch ! »

18
NOV
Paul Hignard

Le Team Bruneau a eu Paul au téléphone hier soir : il a le moral et fonce droit vers Pointe-à-Pitre ! Gestion du sommeil, rituel journalier, navigation… Voici quelques nouvelles de notre skipper.

Team Bruneau : comment arrives-tu à te reposer depuis le début de la course ?

Paul : ça dépend de la météo, du vent et de l’état du bateau. Au début de la course, je pouvais dormir sur mes deux oreilles parce que j’avais un pilote automatique qui marchait très bien donc je me reposais 20 à 30 minutes dès que je le pouvais. J’arrivais à dormir un peu avant 10h du matin ou après 10h du soir mais j’avais beaucoup de mal à dormir le jour.

Depuis quelques jours, avec les soucis de l’anémomètre, le pilote automatique ne fonctionne plus très bien, c’est beaucoup plus compliqué pour se reposer. Je « dors » sur mon matelas dehors juste à côté de la barre… j’ai mis des alarmes un peu partout pour que, dès qu’il y a un écart de route, ça sonne… et le problème c’est que ça sonne assez souvent ! Je suis donc en vigilance permanente pour garder le cap. La solution serait de monter en tête du mât, mais c’est trop délicat car ça bouge énormément par deux mètres de creux, donc je préfère ne pas prendre de risques.

Team Bruneau : tu dors peu… est-ce que tu es quand même en forme physiquement ?

Paul : Oui ça va, on a eu quelques jours avec très peu de vent ces dernières 24h donc j’en ai profité pour me reposer mais le vent va remonter donc ça va être de nouveau difficile de dormir, mais je suis en forme !

Team Bruneau : est-ce que la navigation de nuit n’est pas plus impressionnante que celle de jour ?

Paul : il se passe quelque chose la nuit… y a un sentiment de puissance quand je suis en mer et particulièrement la nuit. Je ne vois rien mais pourtant je suis confiant dans ce que je fais, je sais où je vais… Quand on navigue à l’année c’est toujours de jour, du coup la nuit c’est toujours un peu particulier, je découvre de nouvelles choses, je vois différemment les nuages, chaque vague, l’état de la mer, j’apprends nuit par nuit à mieux lire tout ça.

Team Bruneau : tu préfères le jour ou la nuit ?

Paul : je préfère le jour parce que j’arrive à faire avancer le bateau un peu plus vite. Comme je ne dors pas le jour, je suis très fatigué la nuit et c’est donc plus compliqué d’apprécier.

Team Bruneau : ta première envie à l’arrivée à Pointe-à-Pitre ?

Paul : y a plein de trucs… en premier… un ti-punch et une tablette de Crunch ! J’avais emporté 3 tablettes pour la transat et j’ai découvert que j’adorais ça ! Et je rajouterais un vrai lit... Je n’ai pas réussi à dormir allongé une seule fois depuis le début, toujours plié en quatre, c’est un peu frustrant de ne pas pouvoir déplier les jambes…

Team Bruneau : tu as du ciel bleu la journée ?

Paul : oui, et figurez-vous que tout à l’heure, j’ai vu un nuage, j’ai décidé de le suivre pour avoir un peu plus de vent. Je me suis glissé juste sous le nuage et une pluie battante s’est mise à tomber. J’étais heu-reux ! Ça a rafraîchi tout le bateau, je me suis douché à l’eau douce, et c’est la première fois depuis le début que je ne suis pas salé !

Team Bruneau : tu as une visibilité sur les autres bateaux ?

Paul : la dernière fois que j’ai vu un concurrent, c’était deux heures après le cap Fréhel, mais depuis non.

Team Bruneau : as-tu un rituel qui rythme tes journées ?

Paul : au début, pour me mettre de bonne humeur et bien commencer la journée, je faisais quelques images avec la caméra, mais elle est passée par-dessus bord ! Depuis, j’ai changé de rituel… Quand j’ai le temps, je prends un t-shirt et j’en fais une petite nappe… après je me fais un festin de tout ce que je peux trouver à bord ! Je coupe une bouteille en plastique et je me fais un café bien serré, je prends un autre cul de bouteille et je mets du jus d’orange en me disant que c’est un jus d’orange pressé… et après je prends des granolas… Je me fais un petit gueuleton en me disant que je suis sur une terrasse au soleil… Allez j’y retourne !

Team Bruneau : merci Paul, à bientôt, et n’oublie pas, tous les salariés Bruneau sont derrière toi !

Paul : merci !

9 Commentaires

  1. J. Charles et catherine kerverdo

    On sera là avec les tablettes de crunch…..

  2. Dominique

    Le récit des grands aventuriers, dans leur solitude et leur passion, nous fait vivre ces moments avec beaucoup d’intérêt et d’émerveillement. Merci à Bruneau et toute l’équipe, et bien sûr merci à Paul. Il reste encore un peu de route. Tant mieux pour nous ! prudence et courage. Dominique.

  3. Galerie Marie Adelaide

    Fonces Fonces gagnes des places tu es presque arrivé la rue de dinan est avec toi !!!!

  4. guillaume & solen

    ça fait plaisir de te lire Paul! Depuis le début on te suit et c’est du bonheur de voir ta joie à travers cette belle aventure.On te souhaite le meilleur, une belle arrivé et le plein de crunch (j’adore ça aussi) guillaume & solen de dinard

  5. Tu auras du crunch des ton retour en Bretagne .Tu as du courage ; la motivation , belle traversee , bon cap vers la guadeloupe .
    bises ganou

  6. C’est promis on te prépare ton T punch et ton Crunch !!! Allez vas y mon Paul on est tj avec toi pour te soutenir !!!! C incroyable ce que tu ns fais vivre !!!

  7. CHASSERAUD Jean-Jacques

    Avec sa caméra, partie prospecter le fond des océans… l’impossibilité de monter en haut du mat pour régler le problème d’anémomètre… et donc d’assurer au maximum …
    Paul Hignard traverse sa 17ème journée de navigation, de lutte contre le sommeil, la fatigue et les intempéries… et ce sans escale et pouvoir se reposer.
    Ne lui reste plus que 3 jours avant de contourner la Guadeloupe où tout peut arriver encore!
    L’arrivée fabuleuse d’Alex Pilla sur Tales2 à proximité immédiate d’un IMOCA donne à la Classe40 toute son ampleur et bien des surprises pour les poursuivants où l’ambiance de « régate » n’a jamais cessée depuis le coup de départ.
    Une victoire pour tous.

  8. Micha, Puteaux 92

    De l’enfance, de l’adolescence, oui…Mais un homme « hors norme » qui est entrain de naître, au gré des océans sévères, d’un bateau-complice, d’une course exigeante, presqu’inhumaine, pourtant révélatrice d’un apprentissage de soi sans concession. Quel bel exemple !! Allez gagne quelques places Paul, tu peux le faire!! …Merci pour tout ce que tu fais partager aux nombreux supporters anonymes, ébahis, dont je suis.

  9. sadok didier jean

    paul je te suis depuis un mois et croit moi je suis heureux et ravie
    pour cette traversé que tu tu et entrain de finir chapeaux matelos
    hignard