LES NEWS de Paul

Bruneau et Paul Hignard, un pari réussi !

02
DEC
ITWPaul1

Paul Hignard, le plus jeune skipper de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe a franchi la ligne d’arrivée après plus de 25 jours de course en solitaire. Bruneau est conquis par cette belle aventure humaine et sportive. Retour sur la course avec Paul le lendemain de son arrivée à Pointe-à-Pitre.

Team Bruneau : durant cette Route du Rhum, tu as fait preuve de courage et de ténacité, c’est ta première traversée de l’Atlantique en course et tu as battu le temps records du plus jeune marin (31 jours en 1978), est-ce que cela te donne envie de continuer et de persévérer dans la compétition ?

Paul : c’est une grosse victoire pour moi, j’ai réussi à faire le tour de la Guadeloupe avec un gréement de fortune. Je me suis fait une place parmi les marins de la course au large. Mon prochain challenge, c’est la Transat Jacques Vabre l’année prochaine et le Vendée Globe en 2016. Il y a un gros projet à mettre en place, bien sûr je veux continuer la compétition.

Team Bruneau : tu as avec toi un partenaire, Bruneau, qui t’a soutenu tout au long de l’aventure... Il y a eu un véritable engouement de la part de l’ensemble des collaborateurs, est-ce que tu as un mot à leur faire passer ?

Paul : j’ai adoré ce partenariat, il y a une grande dynamique dans cette entreprise. Les valeurs sont en adéquation avec le monde de la voile. Le soutien de Bruneau m’a donné la force d’aller jusqu’au bout de la course et je remercie tous les collaborateurs d’avoir cru en moi.

Team Bruneau : tu as démâté alors que tu étais proche de la Guadeloupe, quelle a été ta réaction face à ce moment difficile ? Qu’est-ce qui t’a fait rebondir ?

Paul : je ne pouvais pas abandonner, je devais réparer le mât tombé. Suite à de longs échanges avec mon préparateur, j’ai pu réparer et construire un gréement de fortune. Cela m’a pris beaucoup de temps et d’énergie. Quand le bateau n’a pas de mât, c’est très instable et se déplacer devient compliqué, il faut ramper sur le bateau pour ne pas tomber. Ce gréement, c’est ma plus grande victoire ! Je devais me battre pour ce projet. Je voulais finir la course sans avoir de regrets et ne pas décevoir mes partenaires et les personnes qui m’attendaient à Pointe-à-Pitre. Se sentir soutenu m’a donné la force de continuer.

Au-delà de cette magnifique aventure humaine et sportive, où Paul a démontré sa volonté de réussir et d’aller au bout de son projet, c’est surtout l’histoire d’une rencontre entre Bruneau et ce jeune skipper : une rencontre de cœur, une rencontre de valeurs, une rencontre fédératrice qui ont animé ce projet du premier jour jusqu’à aujourd’hui...

Interview de Paul à son arrivée à Pointe-à-Pitre le jeudi 27 novembre

3 Commentaires

  1. belle rencontre, belle synergie, belle aventure……bel belle destinée ??????????????

  2. Isabelle

    un beau parcours initiatique en sorte…un peu de fatigue dans les yeux mais aussi quelque chose qui a changé dans le regard…dans le nôtre aussi ! Bravo Paul et bon vent pour de nouvelles aventures

  3. BRAVO PAUL J AI APPRECIE DE SUIVRE VOTRE PARCOURS . BELLE REFERANCE POUR TOUT LES JEUNES QUI VOUDRAIENT SE LANCER .CHAPEAUX BAS POUR VOTRE REUSSITE . BRAVO ET BON VANT POUR LA SUITE