LES NEWS de Paul

Des nouvelles de Paul Hignard par téléphone

22
NOV
paul11

"Si ce soir j’arrive à avoir ma bôme et demain, sur les coups de midi, mon mât, ce sera top… ". Ce samedi 22 novembre vers 13h00, Serge Herbin, commentateur de course Penduick, a réussi à joindre Paul Hignard. Notre skipper Bruneau revient sur son démâtage de la nuit dernière et explique ce qu'il est en train de faire pour ériger son gréement de fortune afin de rejoindre Pointe-à-Pitre.

Serge Herbin : déjà physiquement comment ça va Paul ?

Paul : physiquement ça va bien, ça va très bien. Le bateau va moins bien, mais physiquement ça va.

Serge Herbin : tu peux revenir sur ce qui s’est passé, à quel moment ça s’est passé, dans quelles conditions, vitesse de vent, mer formée ou pas… Racontes-nous Paul…

Paul : c'était hier je pense vers 8h, il ne faisait pas encore nuit, il n’y avait pas spécialement beaucoup de vent… 22/23 nœuds… 1,50 m de mer donc ce qui est assez faible parce que le matin il y a beaucoup plus de mer car la nuit le vent se lève… et j'étais à l'intérieur, j'entends un gros bruit, je monte sur le pont, je vois mon code 0 qui tombe, je pensais que c’était mon bout-dehors qui avait cassé en fait car ça m’était déjà arrivé deux fois, et en fait je lève la tête et je vois un bout du mât qui en train de tomber… Et donc là je me précipite à l’avant du bateau pour essayer de chopper une drisse et sécuriser le reste du mât et j’ai pas eu le temps, le temps d’aller à l’avant du bateau le reste du mât est tombé… le truc qui n’arrive jamais…

Serge Herbin : ça veut dire qu’en ce moment Paul quel est ton emploi du temps, tu bricoles un gréement de fortune et si oui comment t’y prends-tu pour les auditeurs qu’on explique un petit peu comment ça peut fonctionner tout ça…

Paul : quand le mât est tombé j'ai passé deux ou trois heures à larguer le mât… j’ai pas pu récupérer ma grand-voile et le solen… le bateau a un peu souffert parce que la mer s'est formée, j'ai réussi à garder à peu près 8-9 mètres de mât et la bôme. Après ça j’ai fait eu Damien le Texier mon préparateur et l’idée c’était d’aller faire une grosse nuit pour être en forme ce matin pour travailler de jour sur le bateau. Donc là ça fait 3 heures que je range le bateau, je trie les poulies, j'enlève le radar, les bouts du mât... je déconnecte tout ce qu’il y a à déconnecter pour que le bateau soit clean. Dès que le mât, la bôme ce sera ok, je vais en fait créer une chèvre avec la bôme, c’est-à-dire que je vais mettre la bôme à la verticale légèrement devant l’emplacement du pied du mât donc ça ça va être un peu périlleux avec la mer, et ensuite le but va être de mettre le mât dans l'axe du bateau sur l'arrière et d’accrocher du haut de la bôme au haut du mât à l’horizontal un bout avec un winch et essayer de hisser ce mât… Voilà.

Serge Herbin : et ça risque de te prendre combien de temps ça Paul ?

Paul : j’espère ce soir avoir au moins ma bôme debout et ça me permettra cette nuit d'envoyer un peu de toile, en sachant que là j’avance déjà à deux nœuds sans toile… donc avec la bôme je devrais être à 3,5 nœuds ce qui est déjà une vitesse raisonnable pour un gréement de fortune. Si ce soir j’arrive à avoir ma bôme et demain sur les coups de midi j’arrive à avoir mon mât ce sera top… en sachant que ce sera une grosse victoire d’avoir le mât debout parce que ça reste quand même des manœuvres très compliquées dès qu’il y a un peu de mer.

Serge Herbin : est-ce qu’il te reste du gasoil ?

Paul : je suis en grosse restriction il me reste 22 litres, ça va mais il ne faut pas abuser. J'ai tout coupé sauf le pilote, pour l’instant je n’ai pas de VHF, je n’ai rien qui fonctionne à bord, je fais faire gaffe car j’en ai besoin. En termes de nourriture je suis en restriction, je m’autorise un lyophilisé et demi par jour au lieu de 4 et il me reste 15 litres d'eau donc dès qu’il va pleuvoir il va falloir que j’en récupère…

Serge Herbin : quelles conditions tu as en ce moment ?

Paul : actuellement il y a 20 à 25 nœuds de vent et 2 mètres de creux.

Serge Herbin : faible remboursement mais saches qu’il y a beaucoup de personnes qui t’écoutent en salle de presse, les supporters de Paul Hignard et puis les partenaires, le groupe Bruneau… on t’applaudit Paul et bon courage.

Réécoutez l'enregistrement de l'appel ici :

5 Commentaires

  1. que dire? c est un garçon très courageux Nous lui souhaitons un bel avenir

  2. Brûle Jean pau

    Un vrai « Mac gyver »
    Respect à celui qui a déjà rejoint les « grands marins » JP brulé

  3. Jean-Marie

    Paul nous montre une énorme maturité, il est impressionnant par sa capacité à réagir face aux avaries. C’est le début d’une belle carriere… Bravo Paul

  4. Alors là chapeau, Paul, tu peux être fier de toi. Bon courage pour la toute fin et ne bois pas trop de rhum quand même !